[Accueil]  [Aperçu]  [Culture]  [Agriculture]  [Artisanat]  [Tourisme]  [Festival]  [Divers]

 

  

    La province d'errachidia dispose d'un grand potentiel touristique vu la diversité des données naturelles, la richesse de son patrimoine historique et culturel et une importante variété tribale. Ceci constitue au niveau du grand  Tafilalet une  mosaïque d'hommes et de traditions. Considéré comme la plus grande oasis marocaine et l'une des régions historiques les plus importantes au Maroc. Il conserve encore l'héritage de l'ancienne Sijilmassa, la ville martyre, fondée au 7ème siècle, et qui fut la capitale commerciale et culturelle du pays située entre L'Afrique noire, l'Afrique du nord, l'Europe et l'orient.

    Les atouts touristiques de la province d'Errachidia sont aussi bien nombreux que variés. Une multitude de sites variés et paradoxaux : Cimes enneigées, de la haute montagne, dunes féeriques de merzouga, palmeraie verdoyante des vallées longeant le parcours des oueds : Ziz, Ghris et Guir constituant la grande oasis de Tafilalet.

    De par son passé historique glorieux, la province d'Errachidia offre une richesse immense tant au niveau culturel qu'architectural et urbanistique témoignant de la grandeur de la civilisation qu'a connue cette région et qui est caractérisée par un héritage fabuleux se composant de ksours et kasbas, monuments historiques et mausolées.

    La vocation touristique de la province est confirmée encore davantage par la richesse des arts populaires et du folklore, mais aussi et surtout par le nombre et la diversité  des sites touristiques. De ce fait le produit touristique est réparti en quatre principaux thèmes à savoir :

 

Le tourisme  culturel.

Le tourisme désertique et oasien.

Le tourisme de montagne.

Le thermalisme.

Les potentialités cinématographiques de la province.

 

 

 

I - Le Tourisme culturel. 

    Le tourisme culturel dans la province d'Errachidia se manifeste par le patrimoine architectural et urbanistique illustré par les ksours et casbahs, par la richesse des us et coutumes observées au niveau des différentes tribus de la région, ce qui a contribué à l'enrichissement de la civilisation qu'a connue le grand Tafilalet, berceau de la dynastie Alaouite et carrefour du commerce caravanier transitant autrefois par la ville de Sijilmassa vers l'Afrique.

 

1- Monuments historiques.

 

- Les vestiges de Sijilmassa:

 

    Ils témoignent de l'époque où la cité Sijilmassa a connu un rayonnement culturel et commercial au 7ème siècle. En effet, Sijilmassa constituait un carrefour entre l'Afrique noire et l'Europe. Elle est aussi le berceau de la dynastie alaouite.

    D'après les fouilles archéologiques, cette cité disposait d'une avenue principale qui mesure plus d'un kilomètre de longueur, elle est l'une des plus grandes villes de l'Afrique médiévale.

    En 1998, une carte de la partie centrale de Sijilmassa, élaborée par une mission Maroco- -américaine, montre plusieurs édifices de surface comme la grande mosquée et la citadelle, les murs demeurant visibles. Une carte de 1996, à l'aide de prises de vues aériennes et d'images satellites, indique l'emplacement sous-terrain des principaux murs et des majeures artères : une image de la cité qui n'a été décrite,il y a plus de 1000 ans que dans ses grandes lignes.

   Outre l'emplacement d'un cimetière et du marché des transactions internationales, un complexe industriel, mis à jour à l'ouest de la ville sur la berge de l'oued Ziz, montre plusieurs chambres qui, reliées entre elles par un système de drains, auraient servi au lavage des minerais, sachant que, dans le Maghreb médiéval, tout l'or exporté par les marchands est frappé à Sijilmassa, comme le rapporte al Masudi.

    Des livres de compte arabes médiévaux attestent de l'importance de dinars Almoravides de Sijilmassa, dont quelques pièces ont été retrouvées en France, sur le chemin de leur transit par gènes vers le moyen -orient. En 1992, en Jordanie à Aqaba, d'autres pièces ont été  découvertes lors de fouilles dans l'ancien port, à la porte de la mer rouge.

  

  L'industrie céramique aurait été un autre secteur d'activité tout aussi florissant qu'en témoigne des objets retrouvés sur plusieurs sites.

    L'année dernière aux Etats- unis à l'issue d'une exposition sur Sijilmassa, les témoignages concordent  à considérer  ce site comme une des sources principales de l'histoire universelle.

 
- Mausolée my Ali Cherif

    

     A travers une porte monumentale, couverte de céramique verte et surmontée d'une coupole, se trouve la grande salle abritant la tombe de My Ali Cherif, premier fondateur de la dynastie Alaouite.

    Ce mausolée à été  reconstruit en 1965 après avoir été détruit par une crue de Ziz. L'enceinte sacrée contient une vaste cour, un patio et une mosquée pittoresque.

    Chaque année, la ville sainte de Rissani et le mausolée My Ali Cherif attirent beaucoup de visiteurs nationaux en pèlerinage.

 

2- Les Ksours.

    Ils forment une chaîne impressionnante bordant la vallée de Ziz, de Ghris et de Guir au milieu des palmeraies luxuriantes, construit en pisé, couleur ocrée. Ils se caractérisent par quelques traits qui leur confèrent une valeur exceptionnelle, telle que leur adaptation aux conditions climatiques, leur fusion et intégration au paysage environnant.

    On peut admirer particulièrement:

 

- ksar El Fida.

    Le site dit ksar el Fida situé à quelque 4 km au Nord-Est de la ville de Rissani, est à la fois le plus important et le plus ancien des ksours Alaouite de Tafilalet. Signalons toutefois que la genèse du ksar remonte  à l'époque du règne du sultan Moulay Ismail, pour abriter son fils Moulay abdallâh a-Sultan, cependant le ksar était réduit en décombres et ruiné à part les murailles et les tours construites en pisé.

 

      Le règne de Moulay Abderrahman redonnait vitalité au ksar, qui fut reconstruit, mais cette fois ci à quelque huit cents mètres au Sud-Est du premier site; depuis, le ksar jouait des rôles prépondérants dans l'orientation politique de la région, et servait parfois de localité résidentielle du khalife ou du kaid de Tafilalet jusqu'au 1965, désormais le ksar fut parti du domaine makhzanien, sans rien perdre de son patrimoine architectural propre à lui.

 

- ksar Oulad Abdelhalim.

    Il est situé à 4km à l'Est du centre de Rissani. Il fut construit en1263 de l'hégire (1863) par le sultan sidi Mohamed  ben Abderrahmane et fut habité par son fils Moulay Rachid . Ce dernier en a fait le siège administratif, judiciaire et le lieu de conseil de guerre. Actuellement, il conserve toujours des vestiges indélébiles de ces trois fonctions : le Riad, l'étable ( dépôt d'armes ) et l'arsenal.

 

- ksar Abouaam.

    Il est situé au centre de Rissani. Il a connu une activité culturelle intense à l'époque de sultan Moulay Ali Cherif. Actuellement, le coran y est toujours enseigné. Sur le plan économique, il se distinguait par le commerce de dattes et du cuir.

    Abouaam signifie en Français "le père de l'an". Le père étant My Ali Cherif,le fils étant le ksar où celui -ci dispensait une année sur trois l'enseignement religieux. La deuxième année était consacrée au pèlerinage en terre sainte. La troisième était consacrée au jihad.

 

- Maadid.

    Vous ne pouvez pas vous tromper, vous roulez maintenant depuis une cinquantaine de kilomètres depuis la source bleue de Meski et vous êtes à cinq kilomètres encore d'Erfoud.

Dans la palmeraie, au détour d'un virage à gauche, apparaît l'un des plus beaux Ksour du Tafilalet:    

 Maadid, avec ses hautes murailles et ses portes majestueuses, vous barre la route comme pour vous inviter à une visite que vous ne regretterez pas.

 

- Ksar Meski.

    Situé sur la rive droite de l'oued ziz à proximité et en face de la source bleu , ksar Meski fut partit des monuments historiques et tissus architecturaux qui ont résister aux multiples aléas.   En réalité la construction du ksar fut une trace de l'une des époques historiques de la région; Celle de l'expansion massmoudiénne où moment ou régna l'état des Almohades Mahdite durant le 6 ème siècle de l'hégire/12 ème siècle d'après jésus. Historiquement le ksar occupa un emplacement géostratégique; lui permettant de contrôler tous les passages et les itinéraires qui fragmenta l'espace tribal convie aux rivalités: soit ceux qui empreinte ou ceux qui fussent contrôlé par le prisme des tribus d'Ait-Marghad.

  Ksar Meski fut battit sur un rocher culminant la rive de l'oued, en lui donnant toute la possibilité de la mise en place d'un système de contrôler rigoureusement les mobilités dans l'espace qu'il domina. Outre la matière première, qui fut utilisé dans les réalisations des édifices du ksar: Murailles de l'extérieur, les habitations... Etc. N'était autre que la terre et la pierre, et c'est certainement ce qui faisa la spécificité du ksar Meski parmi les ksours de Mdeghra.

    Chaque année cette ville célèbre deux grandes manifestations:

-Le festival de la musique Melhoune en avril ou mai.

-L'université automnale de My Ali Chérif au mois de novembre ou décembre.

    Le circuit touristique aux environs de cette ville est de 20 km, faisable en voiture ou  en autocar. Il passe par plusieurs beaux ksours de la palmeraie du tafilalet. Dans cette zone existe plus de 200 ksars.

 

 4- Bibliothèque Abou Salem.

    Elle fut fondée au 10ème siècle à la Zaouïa de sidi hamza et connut son apogée au 11ème siècle avec l'apparition du savant théologien Abou Salem El Ayachi. Elle est riche en manuscrits d'une grande valeur dans les différents domaines de la culture, de la science et de la théologie.

    L'exploitation touristique de ce site nécessite la création des campings ou auberges dans le cadre de la valorisation du produit de la montagne dont les potentialités sont abondantes.

 

5- Les gravures rupestres.

    Celles de Taouz datent de l' époque protohistorique, on trouve d'autres dans la région d'Alnif. Elles sont accessibles par  véhicules 4*4 et ces sites sont exploités dans le cadre de randonnées à dos de chameaux et organisées au départ de Zagora vers Merzouga ou inversement.

 

6- Borg Est d'Erfoud.

    Situé à trois km du centre d'Erfoud sur la route reliant Erfoud à Merzouga sur une colline qui domine la ville et sa vaste palmeraie. C'est une vieille forteresse dite Borg depuis laquelle on contemple les magnifiques paysages du Ziz et sa palmeraie , ainsi que la ville d'Erfoud et les ksours avoisinants.

 

  7- Carrière des fossiles.

    A 13km d'Erfoud sur la route de merzouga se trouvent les pierres fossilisées. Ces grosses pièces présentent un décor harmonieux à base de motifs végétaux et animaux qui reviennent à une époque géologique très  ancienne.

Retour au début

 

II- Le tourisme désertique et oasien.

 

    L'espace saharien, situé au sud de la province, avec ses nombreux oasis offrant ombre et gîtes, constitue un produit original et typique fort prisé faisant partie du tourisme écologique devenu de nos jours un produit de mode dicté par le besoin de l'aventure et de la découverte de la nature exprimée par le tourisme international.

 

1- Les Dunes de Sable de Merzouga.

 

    Les dunes de sable de Merzouga, une merveille de la nature, constituent l'une des fiertés touristiques de la province.

    Elles se situent à 50km d'Erfoud et à 40km de Rissani. Ces dunes connues sous le nom d'erg chebbi sont réputées par leurs vertus thérapeutiques surtout pour des cas rhumatismaux. Elles atteignent parfois la hauteur de 100m, et s'étendent sur plus de 30km de longueur. Plusieurs oasis entourent ce site.

 

    Le vrai désert est là, celui dans lequel rien ne pousse et qui étouffe le sol sous un amoncellement de dunes qui, paradoxalement quand elles sont vues en haut, ressemblent à un déferlement de vagues.

 

 

    Autre curiosité au sud ouest de Merzouga, parfois en cas de crue de Ziz qui vient disparaître là, se forme  d'un lac qui sert de repos aux flamands roses dans leur migration entre l'Europe et l'Afrique sud -saharienne. 

 

2)Le village pittoresque:

    Constitué de 114 ksars construits en pisé depuis des siècles, il est considéré comme un point d'attraction touristique pour les visiteurs grâce à l'originalité de son architecture.

    Le circuit touristique représente l'itinéraire permettant aux visiteurs de contempler la palmeraie et le village pittoresque de Rissani sur une longueur de 20km à partir de la route principale n° : 13 en passant par les ksours Tabouassamet el Ghorfa jusqu'à Merzouga et ksar Haroune. 

 

3- Le Site Tifounacine.

    C'est une grande Marée attenante à la grande palmeraie du bas de l'oued Gheris. Elle s'ouvre en direction de la localité de Tadighouste sur un paysage mouvementé de collines. Elle donne l'aspect d'un ensoleillé attirant continuellement les amateurs de la pêche.

 

4- La Haute Vallée de Ghéris.

    C'est la zone d'Amsed à 18 km de Tadighouste célèbre par ses gorges, d'où le nom "gorges de l'amsed" son intérêt touristique est incontestable du fait qu'elle constitue un itinéraire important pour les participants aux rallyes internationaux.

 

5- La Palmeraie de Goulmima.

   Sur la haute vallée de Ghéris se trouve la petite bourgade de Goulmima offrant une curiosité naturelle et éblouissante marquée par l'existence d'un ensemble de ksors au milieu de la         palmeraie.

Deux superbes vues panoramiques de ces oasis s'offrent à partir du belvédère de la route d'Errachidia et du plateau qui surplombe la ville au Nord -Est.

    En aval de la ville, se trouve à 5m de route le ksar de Igoulmimen qui est l'exemple le plus représentatif de l'architecture de la région.

 

6-La  Palmeraie du Ziz.

    Elle s'étend sur plus de 150km bordant souvent la route principale 21, jusqu'à Rissani. Elle offre aux visiteurs de beaux paysages à plusieurs endroits , notamment à Errachidia , Meski , Ouled Chaker, Aoufous , Zrigat, Douira , Maadid , Erfoud et entre cette dernière et Rissani.

 

7- La Palmeraie de Jorf et Touroug.

    Elle longe les rives d'oued Ghéris et est entourée d"un paysage minéral pittoresque, cette palmeraie est peuplée également d'oliviers.

8- La Source Bleue de Meski.

    Arrêt indispensable et hautement conseillé en saison chaude, Meski se trouve à 17 km d'Errachidia sur la route d'Erfoud -Rissani.     Cette source jouit de sa situation géographique au centre de la palmeraie, avec une vue panoramique sur l'ancien ksar de Meski.

   Ce site est aménagé en piscine, café, restaurant et doté d'un camping caravaning d'une capacité d'environ 200 emplacements. Le site est d'une renommée internationale.

 

 9- Zaouïa de Sidi Hamza.

    La Zaouia de sidi hamza mérite, à elle seule, une excursion. Elle est située à 35km de la ville de Rich et à 20km de la R.P.21, dans une zone de montagnes au haut des beaux paysages, plusieurs possibilités de randonnées, de pêche à la truite et de chasse de toutes sortes de gibiers.

 

Retour au début

 

III - Le tourisme de la Montagne.

 

    L'espace montagneux de la province est situé au Nord-Ouest de la province. Avec des sommets atteignant plus de 3200m, cet espace riche aussi bien au niveau naturel que culturel, offre la possibilité de pratiquer plusieurs sports liés à l'activité du tourisme de montagne.

 

1- Imilchil.

    Située géographiquement dans une zone de montagnes qui longe un ensemble de rivières riches en poissons surtout en truite.    La région d'Imilchil est réputée par ses deux lacs Isli et Tislite commémora une légende tissée autour de la tribu des ait Hdiddou qui célèbrent annuellement le moussem des fiançailles.

 

2- Lac Isli et Tislite.

    Ces deux lacs sont situés en plein cour du haut Atlas oriental, respectivement à5 km et à 16 km d'Imilchil centre.

     Ces lacs jouissent des meilleures conditions pour la pratique des sports nautiques et la pêche de la truite.

 

3- Spéléologie.

    La province offre un grand nombre de grottes et de gouffres, ce qui représente un terrain fertile de pratique de sport souterrain pour un nombre important d'amateurs de ce sport.

On cite:

  • Grottes Akhiam d'Imilchil.
  • Grottes Titaouine à zaouia de sidi hamza.
  • Grottes Ifrin sidi lhaouari.
  • Grottes Ifri Nouadou.
  • Grottes Bouazmou.
  • Grottes Ifri N'Taklaline Mellaab.
  • Grottes N'Mimount Mellaab.
  • Grottes Caf Aziza.

 

 

4- Les Gorges.

    De superbes gorges sont répandues dans les différentes régions de la province. On peut citer les gorges d'Assoul à Amellagou, les gorges de l'Amsed à Tadighouste, les gorges de Ziz à la commune d'el kheng et les gorges de l'end à zaouia de sidi hamza. Certains de ces sites peuvent être exploités dans le cadre d'organisation de randonnées pédestres ou équestres.

 

- les Gorges d'Agourai.

    Sur la route secondaire qui relie la ville de Rich à la ville d'Assoul se trouvent les gorges d'Agourai à5 km du village d'Assoul, dans une zone encerclée par un ensemble de paysages verdoyants au milieu des rochers touchés par l'érosion; l'ensemble forme une gamme de couleurs impressionnantes. Non loin d'Assoul, on trouve le tunnel de Taganza. Dans cette région le moussem sidi Bouyacoub est tenu chaque année, pendant le mois de chaâbane.

 

Les Gorges de Ziz:

    A partir de Rich le chemin suit dans la vallée de Ziz, à partir du " tunnel du légionnaire" "Foum zaabel" après ce passage les premiers palmiers apparaissent sur les rives de oued Ziz.

   Retour au début

    IV- Le Thermalisme.

    Les sources existant dans la province notamment Hammat My Ali Chérif en particulier, et Hammat My Hachem sont visitées pour la qualité thérapeutique de leurs eaux.

    Quant aux dunes de sable de Merzouga, elles sont particulièrement fréquentées par les visiteurs nationaux et internationaux désirant prendre des cures de bains de sable.

 

   1- Hammat My Ali Chrif.

    La source de Hammat My Ali Chérif est située à 40 km d'Errachidia vers Meknès et à 20 km de la ville de Rich. Elle est aménagée en station thermale. D'après une étude du ministère de la santé publique sur l'utilisation thérapeutique de ses eaux, la baignade à cette station est recommandée dans les cas suivants:

  • Constipation et atonies intestinales.
  • L'élimination des déchets de l'organisme.
  • Obésité.
  • Certaines douleurs rhumatismales.
  • Inflammations d'artères.

 

  2- Hammat My Hachem.

    A 4 km de Hammat My Ali Chérif et à 12 km de la ville de Rich se situe la source thermale My Hachem, son eau est recommandée pour la digestion.

 

 Retour au début

Les potentialités cinématographiques de la province.

La région d'Errachidia, notamment dans sa partie sud ( Erfoud et Merzouga) est un paradis pour les grands producteurs internationaux qui y trouvent tous les ingrédients qui permettent au créateur de monter les productions qui restent intelligibles dans les mémoires des cinéphiles.

En effet, la nature a arboré cette région du plus grande Oasis du monde (Oasis du Ziz) de très belles montagne ( le haut Atlas) de merveilleuses gorges ( gorges d'Imider et d'Amsed), des dunes de sable incroyables à Merzouga, de grandes étendues sahariennes, de la plaine de Tafilalet aux charmes paradoxaux avec ses milliers de palmiers-dattiers, ses Ksours aux couleurs ocrés, la simplicité de ses populations. Les très nombreux films tournés prouvent, si besoin est, l'intérêt grandissant de cette région dans l'industrie cinématographique mondiale.

A titre d'exemple on peut citer les films les plus célèbres tournés dans cette contré:

-Un thé au Sahara.

-Highlander III.

-Trésors de l'Atlas.

-Marrakech.

-Le légionnaire.

-Momie I.

-Momie II.

-The Return of the Momie.

 

      Retour au début

      

[Accueil]  [Aperçu]  [Culture]  [Agriculture]  [Artisanat]  [Tourisme]  [Festival]  [Divers]

Prochaine mise à jour du site dans 3mois. (E-mail: salah_san@moncourrier.com -- GSM:  21268415107).